Le SEPB à Québec pour faire entendre raison aux politiciens

Comme chaque année, le SEPB-Québec a participé à la journée lobbying organisée par la FTQ afin de faire avancer les causes qui sont chères aux travailleuses et travailleurs membres du SEPB et affiliés à la plus grande centrale syndicale au Québec.

Plusieurs équipes du SEPB ont rencontré des députés et des ministres afin de les sensibiliser à différents enjeux sociétaux.

Le salaire minimum à 18$ de l’heure, le régime public d’assurance médicaments et les changements climatiques étaient, entre autres, au cœur des discussions.

Les équipes comptant des membres du SEPB ont rencontré le ministre de l’Immigration, de la francisation et de l’Intégration, Jean Boulet, la chef du Parti libéral Dominique Anglade, le député libéral Carlos Leitao, le député de la CAQ Youri Chassin et le député de Québec Solidaire Alexandre Leduc pour ne nommer que ceux-là.

Ne reste plus qu’à souhaiter que nos idées et la volonté des travailleuses et travailleurs fassent leur chemin dans l’esprit des politiciens.

     

La terminologie et l’autisme

Le mois de l’autisme nous offre une autre opportunité de s’instruire et de se familiariser avec le sujet. Il est important de comprendre et d’utiliser le bon vocabulaire lorsque vous plongez dans la matière et l’univers de l’autisme. Le langage évolue autour du spectre de l’autisme. Les gens utilisent différents termes lorsqu’ils en parlent que ce soit les autistes eux-mêmes ou les personnes vivant avec l’autisme, leurs parentés, les professionnels qui les encadrent ou les experts en la matière. Beaucoup de termes décrivant l’autisme et les personnes autistes ont changé et continueront à être modifiés ou à évoluer.

Notez que la terminologie varie selon le pays, les différentes communautés, les organisations et le corpus scientifique disponible. Tout ceci pour se recentrer sur la personne d’abord et ensuite la distinction qu’il y a lieu de faire. Les experts suggèrent, par précaution, d’utiliser les termes que choisit la personne ou ceux que le groupe préfère. Rien de mieux pour apprendre à se connaître que d’entamer une conversation : demandez-leur ce qu’ils préfèrent !

Ce tableau récapitulatif présente une base intéressante de la terminologie recommandée et celle qu’il vaut mieux éviter :

Quelques autres précisions par rapport au vocabulaire utilisé lorsque l’on parle d’autisme: 

Autisme : Une forme spécifique de neurodivergence, caractérisée par des différences sensorielles, sociales et communicatives, et une variété d’autres traits. L’autisme est classifié comme un spectre pour indiquer sa tendance à se manifester différemment chez chaque individu autiste.

Neurodivergent·e : Un mot « ombrelle » pour quiconque ayant un handicap développemental, intellectuel, cognitif, ou une maladie psychique.

Neurotypique : Ce terme est utilisé pour décrire une personne qui n’a pas de handicap développemental, intellectuel, cognitif, ou une maladie psychique.

Alliste : Quelqu’un-e qui n’est pas autiste (mais qui peut ou non avoir un handicap psychique par ailleurs).

Trouble sensoriel (Sensory Processing Disorder, SPD) : Un état neurologique dans lequel le cerveau n’interprète pas correctement les signaux sensoriels qui proviennent du reste du corps. Les troubles sensoriels (ou différences sensorielles) se manifestent de manières très variées, telles que l’hyporéactivité (le cerveau perçoit moins de stimulation que ce qui a réellement lieu), l’hyperréactivité (le cerveau perçoit davantage de stimulation que ce qui a réellement lieu, ou une combinaison des deux.

Stimming : Un raccourci de “self-stimulatory behavior” (comportement autostimulant), le stimming est pratiqué par tout le monde. Souvent défini comme un « mouvement répétitif utilisé pour la régulation sensorielle », le stimming est en fait une stimulation sensorielle utilisée d’une manière spécifique, que ce soit pour la régulation, l’expression émotionnelle, ou la communication. Quelques formes courantes de stimming chez les personnes neurodivergentes : battre des mains, mouvements rapides avec les doigts, remuer les jambes.

Journée des droits des réfugiés

Au Canada, le 4 avril a été décrété la journée des droits des réfugiés. Cette journée célèbre l’anniversaire de la décision Singh de la Cour suprême du Canada de 1985. Cette décision statue que les garanties juridiques de la Charte canadienne des droits et libertés s’appliquent à toute personne physiquement présente au Canada, dont les demandeurs d’asile étrangers.

Elle conclut que la Charte canadienne des droits et libertés protège les droits fondamentaux des réfugiés, car ces derniers sont représentés par le terme chacun dans la phrase « Chacun a droit à la vie, à la liberté et à la sécurité de sa personne ; il ne peut être porté atteinte à ce droit qu’en conformité avec les principes de justice fondamentale. »

Cette journée est l’occasion parfaite de célébrer les progrès réalisés en matière de protection des droits des réfugiés. Cependant, il ne faut surtout pas oublier que le combat n’est pas terminé. Nous devons continuer à faire des avancées dans le domaine de la défense des demandeurs d’asile, des réfugiés et des sans statut.

Dans le cadre de cette journée, le comité équité du SEPB-Québec tient à vous sensibiliser à l’importance de soutenir les réfugiés dans leur démarche de demande d’asile et d’intégration. Plusieurs organismes offrent une aide substantielle dans ces démarches. On vous encourage à leur faire don de votre argent ou de votre temps afin de démontrer votre solidarité. En voici quelques-uns :

PROMIS – Est un organisme qui vient en aide aux personnes immigrantes et aux réfugié(e)s ainsi qu’à leur famille. Il offre de l’accompagnement dans les démarches d’intégration culturelle, sociale, et professionnelle. De plus, PROMIS accueille des femmes d’ici et d’ailleurs de 18 ans et plus dans leur service d’hébergement.

https://promis.qc.ca/fr/

CSAI – Le Centre social d’aide aux immigrants (CSAI), est un organisme communautaire à but non lucratif voué à l’accueil des personnes immigrantes et des réfugiés pris en charge par l’État. Le CSAI dessert la population de Montréal et de ses environs en offrant des services et des activités facilitant leur intégration socio-professionnelle.

https://immigrantquebec.com/fr/identifier/centre-social-d-aide-aux-immigrants-csai/

Foyer du Monde – Cet organisme offre de l’hébergement temporaire aux demandeur.euse.s d’asile, réfugié.e.s, et sans statut. Il offre aussi du soutien dans leurs démarches d’installation.

https://www.foyerdumonde.ca/

SCRI – L’organisme communautaire Services Communautaires pour Réfugiées et Immigrants, se spécialise dans l’adaptation, l’installation, et l’intégration des nouveaux arrivants dans la société québécoise. Il offre de l’aide au niveau de leur intégration scolaire, sociale, et productif en plus de promouvoir le dialogue et le rapprochement interculturel au sein de la société québécoise.

https://www.migrantmontreal.org/index.php

Journée mondiale de la sensibilisation à l’autisme

Le comité équité du SEPB-Québec souligne le mois de l’autisme.

La journée mondiale pour appuyer cette cause est le 2 avril, mais tout le mois d’avril des activités sont tenues afin d’informer le grand public et le sensibiliser à l’autisme afin de briser les préjugés, principal obstacle à l’intégration des personnes autistes dans notre société.

Partout au Québec, de nombreuses activités de sensibilisation sont organisées, notamment par les associations régionales, de concert avec diverses organisations publiques et privées.

Le respect de la diversité, ça nous allume

L’autisme est considéré à ce jour comme un trouble du neurodéveloppement. C’est-à-dire que les symptômes affectent le développement des capacités de la personne atteinte. Considéré comme la forme la plus « typique », l’autisme fait partie de la grande famille des TSA (Troubles du Spectre Autistique) aussi connus sous le nom de TED (Troubles Envahissants du Développement), les TSA sont un socle commun à différentes variétés de profils touchés par des symptômes types :

  • Troubles du comportement ;
  • Troubles des relations sociales ;
  • Troubles de la communication.

Quelles sont les différentes formes de troubles envahissants du développement ?

  • L’autisme infantile ;
  • Le syndrome d’Asperger ;
  • Le syndrome de Rett ;
  • Le trouble désintégratif de l’enfance ;
  • L’autisme atypique et les autres troubles envahissants du développement.

On ne connaît pas encore les causes précises de l’autisme et il n’existe à l’heure actuelle aucun moyen de le guérir. De plus, plusieurs personnes, dont beaucoup d’autistes, expriment que l’autisme n’est pas une maladie, mais plutôt une façon différente de percevoir le monde et d’interagir avec lui.

Selon eux, plutôt que de tenter de les guérir, mieux vaut essayer de les comprendre et de s’adapter à eux. Depuis près de 60 ans, les chercheurs et professionnels tentent de mieux comprendre l’autisme. Les neuropsychologues jouent un rôle crucial dans cette quête.

Le 2 avril : Journée mondiale de la sensibilisation à l’autisme. Depuis décembre 2007, le 2 avril a été déclaré Journée mondiale de la sensibilisation à l’autisme par l’Organisation des Nations Unies. Chaque année, la Fédération québécoise de l’autisme profite de cette journée pour sensibiliser le grand public aux besoins des personnes autistes et de leurs familles.

Faites briller le Québec en bleu. Suivant le mouvement international « Light It Up Blue », initié par Autism Speaks, le Québec illumine en bleu ses monuments célèbres et ses habitants se vêtissent de bleu afin de sensibiliser la population au sujet de l’autisme.

Le bleu est une couleur calmante, apaisante, réconfortante. De plus, on a longtemps considéré que l’autisme était presque cinq fois plus fréquent chez les garçons (1 garçon sur 43) que chez les filles (1 fille sur 189) : le bleu symbolisait la prévalence de l’autisme chez les garçons. Les études actuelles montrent que l’autisme au féminin a été pendant de nombreuses années sous-diagnostiqué.

Autisme Québec vous présente une série d’activités par région. Vous trouverez sur le site de la Fédération québécoise de l’autisme — FQA — sous l’onglet DÉCOUVRIR, les différents organismes et ressources organisés pour enfants et adultes. https://www.autisme.qc.ca/decouvrir/sports.html.

La semaine prochaine, nous vous offrirons un autre volet sur le sujet de l’autisme et les bonnes pratiques.

Débat politique féministe

À la veille de la Journée internationale des droits des femmes, le Collectif 8 mars annonce la diffusion d’un débat politique sur des enjeux touchant les femmes entre Joëlle Boutin, de la Coalition Avenir Québec, Manon Massé, de Québec solidaire, Isabelle Melançon, du Parti libéral du Québec, et Méganne Perry Mélançon, du Parti Québécois. Traduit vers l’anglais et en LSQ, le débat sera diffusé le 8 mars 2022 sur YouTube et sur la page Facebook du Collectif 8 mars. Il mettra en lumière les positions et engagements des quatre partis sur les services de l’État, l’autonomie économique des femmes et leur bien-être physique et psychologique.

« À l’approche des élections prévues à l’automne, il est essentiel que les femmes puissent faire des choix éclairés sur des enjeux qui les concernent », mentionne Mélanie Ederer, porte-parole du Collectif 8 mars. « C’est primordial considérant la crise qui se fait sentir depuis maintenant deux ans : inégalités économiques exacerbées par la pandémie, pertes d’emploi, appauvrissement, violence conjugale et féminicides, augmentation du travail invisible, surexposition au risque de contamination, enjeux de santé mentale et de solitude, etc. Les femmes sont en droit de s’attendre à être au cœur des discussions de société ».

Ce samedi 12 mars, un rassemblement se tiendra dans un grand tintamarre à Montréal pour faire résonner les luttes des femmes dans le cadre de la traditionnelle marche organisée par Femmes de diverses origines. « Il est grand temps d’unir nos voix pour réclamer de profonds changements sociaux, économiques et culturels afin de vivre dans une société qui répond enfin aux besoins de toutes les femmes et qui respecte leurs droits et leur dignité », martèle Mélanie Ederer.

Cette année, le thème mis de l’avant par le Collectif 8 mars est L’avenir est féministe. « Une société féministe, ce n’est pas une utopie, c’est la solution » soulève Mme Ederer, « Que ce soit en réponse à la crise actuelle ou face à une prochaine crise, il y a urgence d’agir pour exiger que l’avenir soit féministe, inclusif et écologiste ». Le visuel créé par l’artiste Stacy Bellanger Bien-Aimé conjugue l’art graphique et le collage pour rompre avec l’atmosphère de morosité et de cynisme politique des dernières années en faisant écho à une perspective optimiste où, au bout de la route, l’intention collective voit naître un avenir féministe où toutes et tous peuvent s’épanouir en paix.

Le SEPB-Québec à la COP26

Depuis le 31 octobre et jusqu’à ce vendredi, le président du SEPB 610, Marc Glogowski, est à Glasgow en Écosse afin de participer à la Conférence annuelle de l’ONU sur les changements climatiques. Il fait partie de la délégation de la FTQ à cet événement de la plus grande importance. Le fonds de relations internationales du SEPB-Québec a subventionné les frais de déplacement et d’hébergement de Marc.

Marc Glogowski, Président SEPB 610, qu’est-ce qui t’amène à la COP ?

Le domaine qui m’intéresse à la COP est l’électrification des transports et bien entendu le transport en collectif. Mon mandat spécifique ici à Glasgow est d’exercer une pression presque constante auprès des élus canadiens et québécois concernant le problème du financement du transport en commun.

Je n’en suis pas à ma première COP et, toutes les fois, je réalise à quel point notre présence syndicale, presque systématique à ces conférences, fait que nous sommes devenus des acteurs incontournables dans le dossier environnemental.

Soutien fédéral au transport collectif : rencontre avec Jagmeet Singh

J’ai abordé avec le chef du NPD, Jagmeet Singh, le problème de financement des sociétés de transport au Québec. Le gouvernement fédéral finance une partie du développement et du maintien des infrastructures de transport collectif, mais l’argent manque pour offrir un niveau de service qui soit à la hauteur des besoins et des attentes. Le transport en commun est une solution importante pour la réduction des GES et c’est un secteur que le fédéral devrait soutenir dans sa stratégie de lutte aux changements climatiques.

L’électrification : la priorité du Premier ministre François Legault

Notre délégation a pu rencontrer le Premier ministre François Legault à l’occasion de son passage à la COP26. C’était quelques heures après son annonce sur les fonds supplémentaires qu’il compte investir dans l’électrification du transport collectif au Québec. Le Premier ministre a bien entendu vanté les investissements déjà prévus dans les infrastructures de transport collectif, mais je voulais aussi l’entendre sur le budget de fonctionnement, dont le manque à gagner de 62 millions $ à la STM pour 2022. Il m’a répondu que son gouvernement n’allait pas nous laisser tomber, sans aller dans les détails. « On va s’arranger », qu’il m’a dit. À suivre!

Le ministre québécois de l’Environnement, Benoît Charette, est questionné sur les sources de financement

Samedi, c’était au tour du ministre de l’Environnement Benoît Charrette de s’entretenir avec nous. Puisqu’il est le porteur du Plan pour une économie verte du Québec, nous l’avons interpellé sur les sources de financement du transport en commun.

Malheureusement, le gouvernement se dit encore en réflexion sur le sujet. Il n’a pas encore statué sur une formule de taxation pour mieux financer le transport en commun et ce, même s’il reconnaît que les revenus tirés de la taxe sur l’essence vont éventuellement décliner en raison de l’électrification du parc de véhicules.

Aussi, le gouvernement reconnaît que l’augmentation fulgurante des ventes de camions légers est problématique, puisque ceux-ci émettent plus de GES et endommagent plus rapidement les routes. Cependant, le gouvernement n’a pas l’intention de pénaliser les propriétaires de camions légers. Le ministre nous a parlé d’une campagne de sensibilisation sur les impacts des camions légers, sans exclure – éventuellement – de les taxer davantage.

Encore une semaine

Notre programme est tout aussi chargé pour les prochains jours. Pour plus de détails sur le programme de notre délégation à la COP26, vous pouvez consulter les résumés journaliers sur Le Monde Ouvrier.

Sur le même sujet :

La FTQ à la COP 26 pour une transition juste

La Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ) profitera de sa présence à la Conférence des Nations Unies sur le climat (COP26) qui aura lieu du 1er au 12 novembre à Glasgow en Écosse pour rappeler aux leaders mondiaux qu’une transition verte doit être axée sur le bien-être des personnes et des communautés. La centrale souhaite que les gouvernements du Québec et du Canada saisissent l’occasion de la Conférence pour s’engager de façon plus ambitieuse dans la lutte contre les changements climatiques. La centrale fera également valoir les intérêts des travailleurs et des travailleuses et rappellera que le dialogue social représente une approche incontournable pour réaliser une transition verte, harmonieuse et inclusive.

« À la COP, la transition juste sera notre cheval de bataille. Nous avons des solutions à proposer et nous voulons être entendus. La FTQ va maintenir la pression sur les gouvernements afin qu’ils s’engagent à mettre sur pied un véritable plan de transition en collaboration avec le mouvement syndical, et nous espérons une ouverture des gouvernements du Québec et du Canada dans ce dossier. De notre côté, nous sommes prêts à nous mettre au travail dès maintenant », déclare le secrétaire général de la FTQ, Denis Bolduc.

Pour ce qui est des bilans climatiques québécois et canadien, il reste beaucoup à faire pour parler de réelle ambition climatique. « Le Canada et le Québec se sont engagés à faire les efforts nécessaires pour respecter l’Accord de Paris pour que l’augmentation de la température moyenne mondiale reste sous le seuil de 1,5 °C. Or, pour la FTQ, les engagements prévus ratent la cible. Nous devons réduire nos émissions de GES domestiques de manière plus importantes que ce qui est proposé actuellement par nos gouvernements si on veut atteindre la carboneutralité avant 2050 ! L’arrivée d’un nouveau ministre de l’Environnement au fédéral envoie un message important, la FTQ s’attend donc à des actions concrètes et ce, rapidement », ajoute Denis Bolduc.

Les propositions de la FTQ pour une transition juste réussie :

  • Mettre en place un groupe de travail paritaire sur la transition juste ayant comme mandat de définir le concept, le financement et les indicateurs de réussite
  • Créer des pôles de discussion pour un développement socio-économique des régions basé sur le dialogue social et les besoins des communautés
  • Déployer des programmes adéquats de protection sociale, d’éducation et de renforcement des compétences, de réemploi et de mobilité destinés aux travailleurs et aux travailleuses et en assurer l’inclusivité.
  • Poser des diagnostics sur les besoins du marché de l’emploi en matière de main-d’œuvre.

La délégation de la FTQ à Glasgow est composée du secrétaire général de la FTQ, Denis Bolduc, ainsi que plusieurs membres des syndicats affiliés de la FTQ, dont le Syndicat des employées et employés professionnels-les et de bureau (SEPB), le Syndicat des Métallos et le Syndicat des travailleurs et travailleuses unis de l’alimentation et du commerce (TUAC).

Un premier Conseil général de la FTQ en présentiel depuis la pandémie

C’est avec comme sujet principal les changements climatiques que s’est tenu le tout premier Conseil général de la FTQ en mode présentiel depuis le début de la pandémie.

En lien avec la COP26 qui se tiendra à Glasgow dans une semaine, le conseiller de la FTQ Patrick Rondeau faisait un résumé de la situation et des avenues possibles pour réduire notre empreinte carbone de manière significative. Afin de donner un exemple concret de la mise en application de la transition juste, la présidente du SEPB-463, Marie-Céline Rose, est venue présenter le laboratoire de transition mise en place conjointement avec son employeur Énergir.

Le directeur exécutif du SEPB-Québec, Pierrick Choinière-Lapointe, est aussi intervenu sur ce sujet en soulignant que le SEPB-Québec était en processus de refonte de ses pratiques afin d’être carboneutre.

De plus, nous avons reçu la visite du Directeur général de Centraide Montréal qui est venu souligner l’important rôle que joue la FTQ dans les campagnes de financement afin de réduire la pauvreté au Québec. Finalement, les grévistes de la cimenterie Ash Grove (syndiqués avec UNIFOR) sont venus parler de leur combat qui dure depuis plus de cinq mois. Le SEPB-Québec s’est engagé à faire un don de 1 000$ en soutien aux deux cents et quelques grévistes et un appel à la solidarité sera lancé lors du congrès triennal des 12 et 13 novembre prochain.

Élections municipales: comparez avant de voter

La participation aux élections municipales est historiquement plus faible qu’aux élections provinciales et fédérales. La couverture médiatique des enjeux et des propositions des candidates et candidats est également moins importante.

Pourtant, plusieurs enjeux municipaux touchent très concrètement notre quotidien et il est fréquent de voir la population se mobiliser face aux décisions des autorités municipales.

Le comité d’action sociale et politique (CASP) du SEPB-Québec a donc voulu stimuler l’intérêt des membres des sections locales du SEPB-Québec envers l’élection du 7 novembre prochain et mettre en lumière certains enjeux qui nous interpellent particulièrement en tant que syndiqués.

Nous avons donc demandé aux trois principaux partis politiques montréalais de nous détailler leurs engagements en répondant à neuf questions portant chacune sur un thème précis.

Malheureusement, seul le parti Projet Montréal a accepté de répondre à nos questions. Nous les remercions grandement. Pour les deux autres partis, nous nous sommes basés sur leurs plateformes électorales publiées sur leurs sites web respectifs. Nous présentons donc ici une évaluation des positions de chacun des partis suivants.

Cliquez ici pour consulter le document.

Bienvenue aux nouvelles personnes formatrices du SEPB-Québec

Quatre membres de notre syndicat se sont joints à une trentaine d’autres personnes militantes de la FTQ afin de devenir formatrices syndicales.

Les collègues Marie-Hélène Gauthier (SEPB-574), Khadija Belmessabih (SEPB-575) et Marc Lacroix (SEPB-610) ont complété avec succès, la semaine dernière, leur formation afin de donner les formations de base comme Le-la délégué-e syndical-e et Le dossier de grief.

Nous les voyons (photo principale) en compagnie de leurs collègues participants et les personnes formatrices de la FTQ, Myriam Zaidi et Jean Binet.

La consœur Maryève Boyer du SEPB-573 s’est quant à elle concentrée sur la formation en santé et sécurité du travail. Nous la voyons (photo ci-dessous) d’ailleurs en compagnie de ses deux formateurs FTQ, messieurs Stéphane Hudon et Serge Beaulieu.

Félicitations aux quatre et merci de votre implication à transmettre le savoir syndical à nos membres.