Skip to content

Les employé-es d’un tout premier Indigo Livres, musique & café joignent les rangs du SEPB-574

Les employés du Indigo livres, musique & café de la Place Montréal Trust ont décidé de se syndiquer et ils ont joint les rangs du Syndicat des employées et employés professionnels-les et de bureau, section locale 574 (SEPB-574).

La requête en accréditation a été déposée le 7 octobre dernier au Tribunal administratif du travail (TAT).

La quarantaine d’employé-es qui viendra grandir les rangs de la famille SEPB-Québec avait de bonnes raisons de vouloir s’unir.

« Ces travailleuses et travailleurs ont des enjeux importants au niveau de la protection de leur emploi, de la stabilité des horaires, des salaires et de la vente sous pression. Ils et elles voulaient avoir leur mot à dire dans un marché qui est en mutation. Nous sommes très heureux d’accueillir ces nouveaux membres à qui nous souhaitons la bienvenue », lance Carole Haywood, présidente du SEPB-574.

Une première au Québec

Indigo livres, musique & café de Place Montréal Trust est la toute première succursale québécoise de cette chaîne ontarienne à se syndiquer. Indigo, qui comprend aussi le groupe Chapters, est la plus grande chaîne de librairies au Canada.

Dès que la requête en accréditation sera accueillie, les employé-es seront conviés à une assemblée syndicale lors de laquelle ils pourront rencontrer les représentants du SEPB.

« Cette rencontre servira, entre autres, à expliquer la démarche de syndicalisation, à présenter l’ensemble des services mis à la disposition des membres, à définir l’identité de leur syndicat local, à élire les délégués et à entamer la préparation de la négociation de leur première convention collective », explique Claude Paquet conseiller syndical au recrutement du SEPB-Québec.

En cette période trouble où les salariés sont presque toujours les premiers à payer les frais des changements imposés par la COVID-19, il est plus que jamais important de s’unir afin de faire valoir nos droits et de s’imposer comme un acteur important dans la recherche de solutions.

« À compter du dépôt de la requête en accréditation. L’employeur ne doit pas modifier les conditions de travail de ses salariés sans le consentement écrit de l’association syndicale. En vertu du Code du travail, l’employeur n’a pas le droit de s’immiscer dans le processus de syndicalisation. En aucun cas, il ne peut faire pression sur les employés ou tenter de connaître les initiateurs de la démarche », tenait à rappeler Mme Haywood.

En choisissant le SEPB-574, les employé-es d’Indigo ont décidé de se joindre à une équipe qui compte déjà plus de 300 membres dans ce secteur d’emploi, notamment chez Renaud Bray et Archambault.