Mesures sanitaires de la COVID-19 Le ministre de l’Éducation doit revoir ses positions rapidement quant à la rémunération du personnel déclaré positif et absent

Le secrétaire général de la Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ) Denis Bolduc demande au ministre de l’Éducation Jean-François Roberge de revoir sa position en ce qui a trait à la rémunération des employées du soutien scolaire qui se retrouvent en isolement parce qu’ils présentent des symptômes de la COVID-19.

Actuellement, une ou un employé du secteur scolaire qui présente des symptômes de COVID-19 doit effectuer un isolement de cinq jours afin d’éviter toute contamination. Or, pendant la pandémie, ces travailleuses et travailleurs conservaient leur plein salaire. En ce début d’année scolaire, le ministère de l’Éducation a donné la responsabilité aux Centres de services et aux commissions scolaires de gérer la rémunération des employées absentes en raison de la COVID.

« Le ministre a remis la patate chaude dans les mains des Centres de services. Or, certains Centres de service ont décidé que les employés en isolement seraient en congé maladie. La plupart de nos membres sont à statut précaire, plusieurs n’ont même pas de congés maladie. Certains ne peuvent avoir qu’un des symptômes de la COVID, même sans être malade et pour ceux et celles qui ont des congés maladie, au bout de cinq jours d’isolement, la banque de maladie est presque épuisée pour l’année. C’est inacceptable », affirme Denis Bolduc.

Géométrie variable

Comme le ministère a remis l’odieux de la gestion de la rémunération aux différents Centres de services, la situation est différente d’un endroit à l’autre. Certains Centres de services ont accepté que les employés qui sont positifs à la COVID puissent faire du télétravail. Toutefois, plusieurs catégories d’emploi ne peuvent pas s’exercer à distance, comme le travail d’éducatrice en service de garde, concierge ou surveillante d’élève. D’autres Centres de services offrent de récupérer les congés maladie utilisés en travaillant l’équivalent des heures passées en isolement. Dans tous les cas, la situation est rarement idéale pour les travailleuses et les travailleurs.

« Le gouvernement se débarrasse d’un problème tout en refilant la facture aux plus bas salariés de sa fonction publique. Le ministre Roberge doit corriger cette injustice rapidement et payer le plein salaire à tous ses employés qui doivent s’absenter en raison de la COVID sans amputer la banque de congés maladie », conclut M. Bolduc.

Les trois affiliés de la FTQ, le SCFP, le SEPB et le UES-800 représentent près de 15 000 travailleuses et travailleurs du soutien scolaire tant dans des Centres de services francophones que dans des Commissions scolaires anglophones.

La FTQ, la plus grande centrale syndicale au Québec, représente plus de 600 000 travailleurs et travailleuses.

Joignez une équipe stimulante!

Le SEPB-Québec a un poste à combler à Québec ou Rimouski (à déterminer). Il s’agit d’un défi stimulant dans une équipe de feu et un environnement d’entraide. En plus, on va se le dire, on est tous très sympathique.

Si vous êtes sélectionnez ce sera votre dernière job, celles et ceux qui entrent au SEPB aime tellement leur travail qu’ils-elles ne veulent pas quitter.

Voici l’offre d’emploi:

AVIS DE POSTE VACANT: Conseillère ou conseiller syndical

SOMMAIRE DES ACTIVITÉS
▪ Conseiller les membres pour la préparation de leur projet de convention collective et agir à
titre de porte-parole dans les négociations de l’unité syndicale ou de la section locale;
▪ Conseiller les exécutifs, les membres et les personnes salariées sur l’interprétation et
l’application des conventions collectives de même que sur les lois et règlements touchant les
relations de travail et l’emploi en général;
▪ Agir à titre de procureur(e) devant les tribunaux administratifs tels qu’assurance-emploi,
arbitrage de grief, Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité du travail,
Tribunal administratif du travail, etc.;
▪ Initier et agir dans des campagnes de recrutement afin de former de nouvelles unités
syndicales ou sections locales;
▪ Conseiller et aider ces nouveaux membres dans l’organisation de leur unité syndicale ou
section locale;
▪ Collaborer à la production de bulletins de même qu’aux diverses publications du SEPBQuébec;
▪ Élaborer ou participer à l’élaboration ainsi que donner des sessions de formation syndicale;
▪ Assister les membres pour l’ensemble de leurs activités syndicales.

EXIGENCES REQUISES
▪ Solide expérience syndicale, tant au plan de la défense professionnelle qu’au plan social;
▪ Une formation universitaire en relations industrielles ou en droit est un atout;
▪ Capacité d’agir à titre de porte-parole du syndicat lors de négociations de conventions
collectives;
▪ Capacité d’agir comme procureur(e) devant différents tribunaux administratifs;
▪ Facilité de communication verbale et écrite;
▪ Capacité d’adaptation aux divers types d’effectifs des unités syndicales ou sections locales;
▪ Capacité d’organisation et aptitudes à fonctionner de manière autonome;
▪ Être prêt(e) à voyager et à travailler fréquemment le soir et les fins de semaine.

AFFECTATION ET CONDITIONS DE TRAVAIL
▪ Le poste est à combler en septembre 2022.
▪ Le lieu de travail de ce conseiller ou de cette conseillère sera à Québec ou Rimouski, à
déterminer.
▪ Le statut rattaché à ce poste est permanent.
▪ La rémunération et les avantages reliés à ce poste sont conformes à la convention collective
de travail des conseillers et des conseillères.

CANDIDATURE
▪ Toute personne intéressée à poser sa candidature doit le faire par écrit en adressant une
lettre à cet effet à Me Pierrick Choinière-Lapointe, directeur exécutif du SEPB-Québec, au
plus tard le 29 juillet 2022 à l’adresse courriel suivante : mpbedard@sepb.qc.ca.

Une offre patronale acceptée de justesse pour l’unité La Presse

L’unité de La Presse du SEPB-574 a accepté l’offre patronale finale pour le renouvèlement de sa convention collective.

Le 13 juillet dernier, une soixantaine d’employés de l’unité La Presse se sont réunis afin de tenir une importante assemblée générale. En effet, il s’agissait de la dernière offre patronale présentée aux employés du journal. Avec une proportion très serrée de 51%, la nouvelle convention collective proposée a été acceptée par les électeurs en fin de soirée.

Nous voulons remercier le comité de négociation ainsi que les nombreux membres présents, virtuellement comme sur place. Une assemblée générale réussie grâce à un excellent travail d’équipe.

Soulignons la Journée mondiale des réfugiés

Le comité équité du SEPB-Québec tient à souligner la Journée mondiale des réfugiés.

L’Assemblée générale des Nations-Unies a décrété le 20 juin la Journée mondiale des réfugiés. C’est en 2001 qu’elle a été célébrée mondialement pour la première fois en guise de commémoration du 50e anniversaire de la Convention de 1951 relative au statut des réfugiés. Depuis lors, chaque année, cette journée nous offre l’opportunité de rendre hommage au courage, à la force, et à la résilience de millions de réfugiés dans le monde en plus de célébrer les progrès réalisés en matière de protection des droits des réfugiés.

Cependant, il est important de ne pas oublier que le combat n’est pas terminé. On dit que chaque minute, 20 personnes dans le monde doivent tout abandonner pour échapper à la guerre, à la persécution ou à la terreur. Il est donc de notre devoir de continuer à faire des avancées dans le domaine de la défense des demandeurs d’asile, des réfugiés et des sans statut.

Un jour spécial et utile

Plusieurs d’entre vous se demandent peut-être s’il est judicieux d’avoir des journées internationales dédiées à certaines communautés. La réponse est oui. En fait, chaque journée constitue une occasion en or de sensibiliser le public sur des thématiques liées à des enjeux d’envergures. Ces journées représentent aussi une opportunité pour le système des Nations Unies, ainsi que des pouvoirs publics, et de la société civile d’organiser des activités informatives et de mobiliser leurs ressources.

Le comité équité du SEPB-Québec tient à profiter de cette journée pour vous sensibiliser à l’importance de soutenir les réfugiés dans leur démarche de demande d’asile et d’intégration. Plusieurs organismes offrent une aide substantielle dans ces démarches. On vous encourage à leur faire don de votre argent ou de votre temps afin de démontrer votre solidarité et votre compassion. En voici quelques-uns :

PROMIS – Est un organisme qui vient en aide aux personnes immigrantes et aux réfugié(e)s ainsi qu’à leur famille. Il offre de l’accompagnement dans les démarches d’intégration culturelle, sociale, et professionnelle. De plus, PROMIS accueille des femmes d’ici et d’ailleurs de 18 ans et plus dans leur service d’hébergement.

https://promis.qc.ca/fr/

CSAI – Le Centre social d’aide aux immigrants (CSAI) est un organisme communautaire à but non lucratif voué à l’accueil des personnes immigrantes et des réfugiés pris en charge par l’État. Le CSAI dessert la population de Montréal et de ses environs en offrant des services et des activités facilitant leur intégration socioprofessionnelle.

https://immigrantquebec.com/fr/identifier/centre-social-d-aide-aux-immigrants-csai/

Foyer du Monde – Cet organisme offre de l’hébergement temporaire aux demandeur.euse.s d’asile, réfugié.e.s, et sans statut. Il offre aussi du soutien dans leurs démarches d’installation.

https://www.foyerdumonde.ca/

SCRI – L’organisme communautaire Services communautaires pour Réfugiées et Immigrants, se spécialise dans l’adaptation, l’installation, et l’intégration des nouveaux arrivants dans la société québécoise. Il offre de l’aide au niveau de leur intégration scolaire, sociale, et productive en plus de promouvoir le dialogue et le rapprochement interculturel au sein de la société québécoise.

Vidéo: congrès du COPE SEPB, une réussite sur toute la ligne

Le congrès du COPE SEPB qui s’est déroulé du 2 au 4 juin dernier à Vancouver est une réussite sur toute la ligne.

Présenté sous le thème « L’équité d’abord », le congrès a réuni près de 150 délégué-es et organisateur-trices d’un peu partout au Canada qui ont adopté des résolutions en matière d’équité et d’inclusion des minorités en plus de débattre sur d’autres sujets sociaux importants.

« On va avoir le syndicat le plus en avance en matière d’inclusion, de diversité et d’équité. Des statuts comme on vient d’adopter, une structure nationale comme on a, personne n’a ça. Ouvrez bien vos yeux et vos oreilles dans les prochains mois et années les autres syndicats nationaux vont nous regarder aller et j’espère qu’on va en inspirer d’autres parce que j’ai la profonde conviction que ce qu’on a fait (en matière d’équité), c’est extraordinaire », a expliqué Pierrick Choinière-Lapointe, directeur exécutif du SEPB-Québec.

Le Québec a fait belle figure lors de ce congrès étant très actif au comité des résolutions afin de faire avancer l’équité au sein de notre organisation.

Bravo à tous les délégué-es et tous organisateur-trices.

Les élections d’octobre prochain au Québec: la FTQ fait connaitre ses priorités

En prévision de la prochaine campagne électorale et des élections du 3 octobre prochain, la Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ) lance aujourd’hui une campagne afin de faire connaitre ses priorités. Deux récents sondages commandés par la FTQ à la firme Léger, démontrent que les enjeux mis de l’avant par la centrale font aussi écho aux priorités des Québécois et des Québécoises à savoir : un réinvestissement en santé, une lutte contre les changements climatiques à la hauteur de la crise actuelle et l’amélioration du réseau de l’éducation.

Le sondage, réalisé au cours des dernières semaines, confirme que, malgré les intentions de vote favorables à la CAQ, les Québécois et les Québécoises sont plutôt insatisfaits du bilan du gouvernement en santé, en environnement et en éducation. Il est donc important de remettre ces sujets dans l’espace public pour qu’ils soient entendus par les formations politiques et, en particulier, par le parti au pouvoir.

La FTQ rencontre les partis politiques

C’est dans cet esprit que FTQ et ses syndicats affiliés, qui représentent ensemble plus de 600 000 travailleurs et travailleuses dans toutes les régions du Québec, ont décidé d’interpeller les partis politiques à l’aide d’une plateforme électorale adoptée par les personnes déléguées de son Conseil général.

Comme c’est maintenant la tradition à chaque élection, les membres du Bureau de direction de la FTQ invitent les différents chefs de parti à les rencontrer afin d’échanger sur leur programme politique. Déjà, ils ont pu échanger avec le chef de Québec solidaire, Gabriel Nadeau-Dubois, et celui du Parti Québécois, Paul Saint-Pierre Plamondon afin de connaitre leurs positions sur nos revendications. Des invitations ont également été lancées aux autres formations politiques pour rencontrer leurs leaders dans les prochaines semaines. Cela permet de produire un tableau comparatif des engagements des partis qui sera mis à jour sur le site Internet de la FTQ. Ce tableau comparatif peut être consulté par les travailleurs et travailleuses que nous représentons.

« Les élections sont toujours une occasion pour le mouvement syndical d’exprimer ses attentes et sa vision de la société. Notre intention est évidemment de le faire à nouveau cette année et de défendre nos valeurs et nos idées. C’est généralement dans cette période frénétique que les orientations les plus décisives sont prises par les formations politiques, et qui se traduisent par la suite en engagements électoraux qui influenceront en retour les décisions des gouvernements », déclare le président de la FTQ, Daniel Boyer.

 « Il faut faire entendre notre voix partout au Québec et le sondage effectué nous donne les coudées franches pour le faire! L’un des objectifs de notre campagne n’est pas de dire aux travailleurs et travailleuses pour qui voter, mais plutôt de mettre les projecteurs sur les décisions du gouvernement qui ne répondent pas aux priorités des Québécois et Québécoises, et sur les enjeux sur lesquels nous voulons les voir prendre de réels engagements ». Depuis sa création, la FTQ est toujours intervenue dans le débat public pour défendre les travailleurs et travailleuses, le bien public et la justice sociale afin de vivre dans une société plus juste et plus égalitaire.  D’ailleurs, c’est ce que souhaite la population du Québec qui majoritairement est favorable à l’intervention des organisations syndicales dans l’espace public », ajoute le secrétaire général, Denis Bolduc.

En plus de la campagne publicitaire, la FTQ publiera dans les prochains jours un cahier spécial sur les élections dans son journal Le Monde ouvrier qui inclura un bilan du dernier mandat de la CAQ.

Pour en savoir plus : https://ftq.qc.ca/elections-2022/

Équité salariale : le SEPB-575 remporte une importante victoire pour ses membres

Le SEPB-575 a remporté une importante victoire en matière d’équité salariale. Dans une décision rendue la semaine dernière, Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST) exige que la direction de Desjardins refasse ses travaux et ses calculs en ce qui a trait à l’équité salariale pour les Caisses Desjardins que le SEPB représente.

En effet, la CNESST considère que la façon dont Desjardins a effectué son exercice de maintien de l’équité salariale 2015 n’est pas conforme à la loi. Le SEPB-575 a contesté à la CNESST certains aspects de l’exercice du maintien de l’équité salariale pour 2015. La CNESST a déclaré que la plainte du syndicat était fondée.

La CNESST a noté pas moins de 13 éléments, dans la conclusion de sa décision, qui devront être suivis par Desjardins dans son application de l’équité salariale. Il a y notamment l’identification des catégories d’emploi et l’exigence que le paiement des ajustements salariaux soit rétroactif au 30 mars 2016, le cas échéant, et que des intérêts soient calculés à compter de cette date.

Il s’agit donc d’une excellente nouvelle pour les membres du SEPB-575 employés chez Desjardins. Cette lutte menée par le SEPB-Québec et le SEPB-575 démontre bien que le plus important syndicat chez Desjardins a à cœur les droits et les intérêts de ses membres.

Mai, mois du patrimoine asiatique et sud-asiatique

Depuis maintenant 20 ans, le mois de mai est le mois du patrimoine asiatique et sud-asiatique.

C’est une occasion en or pour le comité équité du SEPB-Québec de souligner l’apport des Canadiens et Canadiennes d’origine asiatique au développement du Canada comme on le connaît, d’en apprendre davantage sur leur culture, et de mettre de l’avant des actions pour lutter contre le racisme anti-asiatique.

Voici trois liens qui vous permettront de célébrer le mois du patrimoine asiatique à votre façon :

https://www.canada.ca/fr/patrimoine-canadien/campagnes/mois-patrimoine-asiatique.html

https://www.pc.gc.ca/fr/culture/mpa-ahm

https://accesasie.com/

Lettre ouverte: les dispositions anti-briseurs de grève doivent être modernisées

Le député d’Hochelaga-Maisonneuve Alexandre Leduc a déposé le mercredi 4 mai dernier à l’Assemblée nationale un projet de loi qui a pour but de moderniser les dispositions anti-briseurs de grève déjà existantes.

Avec la pandémie, le monde du travail a changé. De plus en plus de travailleuses et travailleurs sont en télétravail et plusieurs employeurs désirent que cette mesure soit permanente. Il faut donc modifier la notion « d’établissement », c’est-à-dire le lieu où le travail est exercé pour y inclure tous les endroits où une personne est appelée à travailler que ce soit chez lui, dans un espace de cotravail ou au bureau. C’est ce trou dans les dispositions anti-briseurs de grève que le projet de loi de M. Leduc voudrait combler.

Historique

Depuis des décennies, nous avons au Québec des lois du travail qui ont comme effet de réduire le nombre et la durée des conflits de travail, en assurant un certain équilibre des rapports de force entre patrons et salariés. C’était notamment l’objectif recherché par le gouvernement de René-Lévesque, lorsqu’il a adopté en 1977 des dispositions anti-briseurs de grève. Cet ajout au Code du travail est survenu après plusieurs conflits de travail houleux.

Plusieurs années plus tard, au tournant des années 2010, les conflits de travail au Journal de Montréal et au Journal de Québec sont toutefois venus troubler cet équilibre. Pendant ces deux lock-out, l’employeur a confié le travail de ses salariés à des briseurs de grève qui ne travaillaient pas physiquement dans ses bureaux. On parle de journalistes qui remplaçaient ceux en lock-out et qui écrivaient, notamment, leurs articles de chez eux, en télétravail.

Les tribunaux avaient alors concédé que ces travailleurs de remplacement n’étaient pas des briseurs de grève parce qu’ils ne travaillaient pas physiquement dans « l’établissement » de l’employeur.

Pandémie

Depuis mars 2020, le télétravail s’est répandu de manière fulgurante dans nos milieux de travail. Si la notion « d’établissement », qui se limite aux lieux physiques, était désuète en 2010, elle l’est d’autant plus aujourd’hui !

Or, cette désuétude a le potentiel de déstabiliser sérieusement les rapports de force dans les relations de travail, surtout dans un contexte où les prochaines négociations risquent d’être ardues, en raison de de l’inflation galopante qui hypothèque le pouvoir d’achat des travailleurs.

Rééquilibrage

L’an dernier, la section locale Unifor 177 a obtenu gain de cause devant le Tribunal administratif du travail (TAT), qui a renversé la jurisprudence de 2010 datant des conflits du Journal de Montréal et du Journal de Québec.  En prenant notamment en considération le contexte de la pandémie et la nouvelle omniprésence du télétravail, le tribunal a élargi son interprétation de la notion d’établissement, ce qui a eu pour effet d’interdire le recours aux briseurs de grève, même lorsqu’ils exécutent leurs tâches en télétravail.

Cette décision a redonné leur sens aux dispositions anti-briseurs de grève de 1977 et a même été saluée par le ministre du Travail, Jean Boulet, qui a affirmé qu’elle était compatible avec sa propre lecture du droit du travail. Mais cette reconnaissance ne demeure que des paroles et le risque demeure qu’une longue saga judiciaire s’en suive autour des dispositions anti-briseurs de grève. L’employeur américain reconnu fautif dans cette affaire a d’ailleurs déjà porté la décision en appel.

Le ministre a donc tout intérêt à laisser la partisanerie politique de côté et à accueillir favorablement le projet de loi d’Alexandre Leduc.

-Pierrick Choinière-Lapointe, directeur exécutif du Syndicat des employées et employés professionnels-les et de bureau (SEPB-Québec)

-Marc Glogowski, responsable politique du Comité d’action sociale et politique (CASP-SEPB)