Bienvenue aux nouvelles personnes formatrices du SEPB-Québec

Quatre membres de notre syndicat se sont joints à une trentaine d’autres personnes militantes de la FTQ afin de devenir formatrices syndicales.

Les collègues Marie-Hélène Gauthier (SEPB-574), Khadija Belmessabih (SEPB-575) et Marc Lacroix (SEPB-610) ont complété avec succès, la semaine dernière, leur formation afin de donner les formations de base comme Le-la délégué-e syndical-e et Le dossier de grief.

Nous les voyons (photo principale) en compagnie de leurs collègues participants et les personnes formatrices de la FTQ, Myriam Zaidi et Jean Binet.

La consœur Maryève Boyer du SEPB-573 s’est quant à elle concentrée sur la formation en santé et sécurité du travail. Nous la voyons (photo ci-dessous) d’ailleurs en compagnie de ses deux formateurs FTQ, messieurs Stéphane Hudon et Serge Beaulieu.

Félicitations aux quatre et merci de votre implication à transmettre le savoir syndical à nos membres.

Vers le 6e congrès triennal du SEPB-Québec

Le congrès triennal du SEPB-Québec approche à grands pas! Il se tiendra les 12 et 13 novembre 2021, à l’hôtel Bonaventure de Montréal. Nous en profitons pour vous dévoiler le thème et le visuel de ce 6e congrès.

Le thème choisi est « Au cœur des changements ». En effet, notre syndicat est au cœur de nombreux changements qui touchent le monde du travail, la société ainsi que la planète sur laquelle nous vivons.

Le visuel du congrès montre les trois éléments qui représentent à la fois notre présent et nos défis. En fond, la planète Terre, que l’on tient trop souvent pour acquise, qui est en péril et qui doit être sauvée. Nouveau phénomène, le télétravail imposé reconfigure notre relation avec nos employeurs et s’immisce dans nos vies personnelles. Finalement, ces deux personnes apparaissant en équilibre représentent notre 3e priorité : l’équité et notre obligation d’assurer une société plus juste et à l’écoute de toutes et de tous.

Les dates à retenir
  • 12 octobre 2021 : Date limite pour soumettre des amendements aux statuts et règlements du SEPB-Québec.
  • 12 octobre 2021 : Date limite (avant midi) pour réserver des chambres à l’Hôtel Bonaventure.
  • 27 octobre 2021 : Date limite pour transmettre la liste des personnes déléguées par leur section locale ainsi que la liste des personnes déléguées préférant une copie papier des documents de congrès.
  • 4 novembre 2021 : Date limite pour soumettre une résolution (300 mots maximum), autre qu’un amendement aux statuts et règlements du SEPB-Québec.
  • 12 novembre 2021 : Début du 6e congrès triennal du SEPB-Québec, d’une durée de deux jours.

La FTQ rejette le projet de loi n° 59 sur la réforme de la Loi sur la santé et la sécurité du travail

La Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ) demande au ministre du Travail Jean Boulet de retirer son projet de loi n° 59 sur la réforme de la Loi sur la santé et la sécurité du travail.

Malgré tous les efforts déployés et après avoir participé de bonne foi aux travaux parlementaires afin de faire adopter les amendements nécessaires pour améliorer le projet de loi, nous sommes forcés de constater que ce qui est proposé est nettement insuffisant. Réunis en Bureau spécial hier soir, c’est à l’unanimité que les dirigeants de la FTQ représentant les principaux affiliés ont rejeté le projet de loi n° 59 et demandent au gouvernement de refaire ses devoirs.

« Depuis le tout début du projet de réforme, nous avons été ouverts aux discussions et avons proposé au gouvernement des mesures visant à améliorer ce projet de loi. Pour la FTQ, le projet de loi n° 59 rate l’objectif ultime d’améliorer la protection des travailleurs et travailleuses, et ce qui est sur la table ce sont des demi-mesures. Est-il besoin de rappeler que chaque année 200 hommes et femmes en moyenne meurent d’un accident de travail ou d’une maladie professionnelle, et 100 000 personnes sont victimes d’accidents de travail. C’en est assez de jouer avec la vie, la santé et la sécurité des travailleurs et travailleuses », déclare le président de la FTQ, Daniel Boyer.

« Ça fait 40 ans que nous attendons cette réforme, et avec son projet de loi n° 59, le ministre est en train de rater la cible qui est de mieux protéger les travailleurs et travailleuses. Ce projet de loi va passer à l’histoire pour les mauvaises raisons. En plus de mettre en place des mécanismes de prévention pour tous les milieux de travail, incluant l’éducation et la santé, il faut entre autres maintenir la prépondérance du médecin traitant ; que les indemnisations soient équitables ; et que soit retirée la notion de multiétablissements », ajoute le secrétaire général de la FTQ, Denis Bolduc.

Lorsque vient le temps de parler de prévention, les employeurs n’ont qu’un seul argument : le coût des programmes. Or, ils font semblant d’ignorer qu’un seul dollar investi en prévention fait économiser 10 $ en réparation. Certains préfèrent engranger des profits rapides plutôt que de mettre en place des milieux de travail sécuritaires et productifs. 

« Ce que nous voulons c’est une loi qui améliore la protection des travailleurs et travailleuses, et non une loi réductrice. Il est temps de rédiger une véritable loi pour que les travailleurs et travailleuses reviennent à la maison sur leurs deux jambes et en santé.  Notre porte reste ouverte et nous sommes prêts à échanger en tout temps avec le ministre », conclut le président de la FTQ.

Représentation syndicale au Fonds: votre vote est important

Depuis sa création, le Fonds de solidarité FTQ est composé majoritairement de syndicalistes provenant de la FTQ. Depuis la mise en œuvre des règles de la gouvernance, il n’est plus acquis que la FTQ soit majoritaire au conseil d’administration. Si vous tenez à ce que le Fonds de solidarité FTQ demeure un fonds de travailleur, il est primordiale que nos membres exercent leur droit de vote à l’occasion de la 37e assemblée générale annuelle des actionnaires du Fonds de solidarité FTQ qui se tiendra le samedi 25 septembre 2021 à 14h en mode virtuel.
Vous devriez avoir reçu tous les détails en lien avec la procédure de vote des membres du C.A. du Fonds de solidarité. Si ce n’est pas le cas, communiquez avec le Service à l’épargnant du Fonds de solidarité FTQ au 1 800 567-3663.

Budget fédéral: enfin des mesures en assurance-emploi, mais c’est insuffisant

La Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ) accueille le budget du gouvernement fédéral de façon positive.  La FTQ se réjouit que le gouvernement réponde finalement aux revendications historiques de la centrale en bonifiant le régime d’assurance-emploi, mais c’est nettement insuffisant. « Nous comprenons que des sommes substantielles seront engagées dans des programmes de bonification du régime en faisant passer les semaines de prestation à 420 heures travaillées ou à 14 semaines. En ce qui a trait à la prolongation du soutien aux travailleuses et travailleurs saisonniers, il faudra faire plus, trouver une solution permanente, le gros de la réforme reste à venir », déclare le secrétaire général de la FTQ, Denis Bolduc.

Il faut saluer la lucidité du gouvernement d’intervenir fortement dans l’économie en allouant plus de 100 milliards dans son plan de relance. « Nous voulons des projets structurants qui garantissent à long terme le renforcement du tissu industriel tout en luttant contre les changements climatiques. Ces investissements devront également se refléter dans des secteurs durement affectés par la crise, notamment en aéronautique et dans le transport aérien », ajoute le secrétaire général.

La FTQ tient à saluer l’annonce de la mise en place d’un service national de garde. « Le Québec gère son propre service de garde depuis 1997. Grâce à ce dernier, des dizaines de milliers de travailleuses ont pu retourner sur le marché du travail et contribuer au développement économique du Québec. Il est heureux qu’Ottawa prévoie un droit de retrait avec compensation, sommes qui nous l’espérons serviront à parachever le réseau des CPE », déclare le secrétaire général de la FTQ, Denis Bolduc.

L’annonce d’un salaire minimum fédéral à 15 $ l’heure envoie un signal clair au Québec qu’il doit bouger comme le réclame la FTQ depuis de nombreuses années. « Il faut permettre aux familles de vivre dignement, de sortir du cycle de la pauvreté. C’est aussi un moyen de lutter contre les pénuries de main-d’œuvre dans plusieurs secteurs », de poursuivre Denis Bolduc.

En environnement, le budget prévoit beaucoup d’argent, mais nous restons sur notre faim en ce qui a trait aux mesures permettant une réelle transition juste pour les travailleurs et travailleuses. La FTQ demande que de véritables mécanismes soient mis en place avec des indicateurs de suivis et un financement adéquat pour soutenir la démarche. En ce qui a trait à la lutte contre l’évasion fiscale, on s’attendait à plus.

« Enfin le gouvernement rate une occasion de mettre en place un véritable régime d’assurance médicaments public et universel tel que promis dans le budget 2019. Aussi la FTQ déplore que le gouvernement fédéral n’ait pas bonifié le transfert canadien en matière de santé comme le réclame Québec depuis de nombreuses années », conclut le secrétaire général, Denis Bolduc.

Projet de loi no 59: les quatre centrales syndicales s’unissent pour freiner les reculs en santé et sécurité

À quelques jours de la reprise de l’étude détaillée du projet de loi no 59 sur la modernisation du régime de santé et de sécurité du travail, la Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ), la Confédération des syndicats nationaux (CSN), la Centrale des syndicats du Québec (CSQ) et la Centrale des syndicats démocratiques (CSD) unissent leur voix pour dénoncer les reculs prévus dans le projet de loi du ministre Jean Boulet. Lors d’une conférence de presse virtuelle, les quatre chefs syndicaux ont fait le point sur les prochains sujets qui seront débattus en commission et qui auront un impact considérable sur la santé et la sécurité des travailleurs et travailleuses du Québec.

La liste des maladies professionnelles désuète

Mardi, dès la reprise des travaux sur l’étude détaillée du projet de loi no 59, les parlementaires trancheront sur la question de la liste des maladies professionnelles qui donne droit à une présomption pour la reconnaissance d’une lésion professionnelle. Or, cette liste de maladies n’a pas été mise à jour depuis 40 ans. Les centrales demandent que cette liste soit mise à jour et qu’elle tienne compte des avancées scientifiques plutôt que de la recherche d’économie des employeurs.

« Non seulement tout le monde s’entend pour dire que la liste des maladies professionnelles est désuète, mais aussi sur la façon de l’actualiser. En effet, les plus importantes associations patronales et les centrales syndicales du Québec se sont entendues au Comité consultatif du travail et de la main-d’œuvre en 2017 sur une façon adéquate de faire cette mise à jour et d’en assurer l’actualisation par la suite. Or, le ministre Boulet a choisi d’ignorer ce consensus et, en plus, d’ajouter des critères qui empêchent de fait l’accès à la présomption pour certaines maladies, dont la surdité. Les enjeux sont si grands pour les victimes de lésions professionnelles, on doit leur venir en aide et non leur ajouter des obstacles additionnels », dénonce Luc Vachon, président de la CSD.

La prévention mise à mal

Plutôt qu’étendre ce qui fonctionne pour les groupes prioritaires à tous les milieux de travail, la nouvelle mouture du projet de loi abolit les minimums prévus au bon fonctionnement des comités de santé et sécurité et retire aux travailleurs et travailleuses le droit de regard sur l’adoption du programme de prévention et sur le choix du médecin chargé de la santé au travail. Alors que la Loi sur la santé et la sécurité du travail est une loi d’ordre public, la responsabilité sera envoyée vers la négociation entre les parties avec à la clef, une possible contestation devant les tribunaux de la décision de la CNESST. On risque ainsi de judiciariser davantage la santé et la sécurité « Les travailleurs et les travailleuses du Québec devront maintenant négocier la protection de leur santé et sécurité en même temps que leurs salaires. C’est inacceptable! Ajoutons à cela l’ajout du critère de multiétablissement qui permet à un employeur d’appliquer des mesures de prévention de manière unilatérale dans tous ses établissements, peu importe la diversité et la complexité de leurs enjeux respectifs. L’objectif des mesures de prévention est de répondre aux besoins des travailleurs et travailleuses et de garder comme priorité leur protection! », ajoute Jacques Letourneau, président de la CSN.

La santé psychologique : un enjeu incontournable

Les risques psychosociaux sont un véritable problème dans les milieux de travail du Québec. Alors que les lésions professionnelles d’ordre psychologique ne font qu’augmenter, particulièrement dans les métiers à prédominance féminine, le ministre doit s’assurer que les acteurs des milieux de travail puissent les prévenir et les indemniser.  « Bien que certains termes faisant référence à la santé psychologique soient introduits dans le projet de loi, rien ne permettra réellement d’améliorer la situation si nous n’avons pas les mécanismes de prévention paritaires suffisants et des mesures concrètes facilitant la reconnaissance de ces lésions psychologiques. Notre souhait est que l’importance d’assurer la santé psychologique des travailleuses et des travailleurs se reflète dans le projet de loi et de façon concrète. Il faut que nous ayons collectivement les moyens d’agir », souligne Sonia Ethier, présidente de la CSQ.

Le secteur de la construction : rien de réglé

La construction est une industrie dangereuse. En ce qui concerne les décès, elle est chaque année surreprésentée, comptant 20 % des décès alors que l’industrie n’emploie que 5 % de la main-d’œuvre du Québec. Cela fait 40 ans que la Loi sur la santé et la sécurité du travail ne prévoit pas de mécanismes de prévention pour la construction. Le projet de loi no 59 introduit des mécanismes de prévention, mais ne s’assure pas qu’ils puissent être fonctionnels sur le terrain. Les représentants en santé et en sécurité doivent être indépendants des employeurs pour pouvoir intervenir librement et réellement représenter les intérêts des travailleurs et travailleuses à risque. « Le ministre Boulet ne tient pas compte de la précarité de l’emploi et de la facilité pour l’employeur de mettre un terme au lien d’emploi si la personne ose revendiquer plus de prévention. Le mécanisme d’application pour l’élection d’un représentant à la prévention ne tient pas plus compte de la rapidité avec laquelle un chantier de construction évolue. Si le ministre veut vraiment sauver des vies, il doit assurer une indépendance et une stabilité dans les représentants à la prévention dans le secteur de la construction en instaurant une législation qui met sur pieds une représentation syndicale des travailleurs et des travailleuses de ce secteur. Sinon, ce n’est que de la poudre aux yeux », conclut Daniel Boyer, président de la FTQ.

Budget 2021, réaction de la FTQ: un budget qui aurait pu être plus ambitieux

La Fédération des travailleurs et des travailleuses du Québec (FTQ) réagit de façon mitigée au troisième budget du ministre des Finances, Éric Girard. La centrale accueille favorablement le report de l’atteinte de l’équilibre budgétaire, mais est déçue de constater que le gouvernement poursuit ses versements au Fonds des générations.

« Le ministre Girard aurait pu utiliser ces sommes pour proposer une relance plus ambitieuse, autant sur le plan économique, environnemental, social et de nos services publics. La crise a mis en lumière la fragilité de notre filet social et des failles de notre système de santé. Ces sommes devraient servir à financer les services publics et les programmes sociaux qui profiteront également aux générations futures! », explique le président de la FTQ, Daniel Boyer.

La FTQ se questionne sur la façon dont les montants prévus au secteur public seront investis. « À quand des mesures de rétention et d’attraction du personnel? À quand une amélioration des conditions d’exercices d’emploi et une meilleure rémunération des travailleuses et travailleurs? Ça doit être la priorité! Monsieur Legault, j’en profite pour vous rappeler qu’on attend toujours vos représentants à la table de négociation. Ce n’est pas parce que le ministre retarde l’atteinte de l’équilibre budgétaire qu’il doit retarder la signature des conventions collectives dans le secteur public », déclare le président de la FTQ, Daniel Boyer.

Au chapitre de l’environnement, la FTQ est dans l’attente de plus détails. « Ce qu’on veut, ce sont des mesures concrètes pour une transition juste pour les travailleurs et travailleuses, notamment en formation de la main-d’œuvre. Les mesures de mobilité durable sont intéressantes, mais si le ministre veut s’engager dans une réelle transition écologique, il faut des investissements plus ambitieux et une planification sérieuse. Il est temps de se doter d’un véritable plan de lutte contre les changements climatiques qui met à contribution tous les acteurs sociaux et économiques », conclut le président de la FTQ, Daniel Boyer.

La FTQ salue les sommes supplémentaires dédiées à l’aide aux femmes victimes de violence conjugale, ainsi que celles consacrées à la jeunesse. La centrale accueille aussi favorablement les ressources prévues en santé mentale, pour les ainés et pour la protection de la langue française.

Nouvelle réalité du télétravail: un guide pour s’y retrouver

La nouvelle réalité du télétravail pourrait bien perdurer au-delà de la pandémie et c’est avec cette possibilité en tête que le Syndicat des employées et employés professionnels-les et de bureau – (SEPB-Québec–FTQ) a produit un guide légal afin de s’y retrouver tant pour les travailleur-ses syndiqués que pour les employé-es non syndiqués.

Le guide de 52 pages couvre l’ensemble des situations engendrées par cette nouvelle réalité, que ce soit la vie privée, le droit à la déconnexion en passant par la fiscalité, les accidents de travail et les assurances habitation.

Les avocates spécialisées dans les relations de travail Helena P. Oliveira et Aude Vaugeois ont travaillé sur ce guide avec l’aide d’autres collègues du SEPB-Québec

« On entend souvent les gens dire que le télétravail c’est merveilleux, on n’est plus coincé dans les bouchons de circulation, on est dans le confort de la maison, etc. Toutefois, un employeur qui voudrait faire de cette mesure extraordinaire une situation permanente doit prendre en considération plusieurs variantes auxquelles on ne pense pas nécessairement de prime abord, d’où l’écriture de ce guide qui pourra être consulté autant par les employé-es que les patrons », explique Pierrick Choinière-Lapointe, directeur exécutif du SEPB.

Pas pour tout le monde

Cela fait tout près d’un an que le confinement a été déclenché au Québec et que plusieurs des membres du SEPB-Québec se sont retrouvés du jour au lendemain en télétravail. Certes, il y a eu une accalmie à l’été 2020, mais l’expérience est suffisamment probante pour faire des constats importants sur le télétravail.

« Ce n’est pas pour tout le monde. Certains de nos membres ont besoin d’aller au bureau, de côtoyer des collègues et de changer d’air. D’autres ne sont tout simplement pas équipés pour travailler de la maison, ce n’est pas tout le monde qui a un bureau personnel dans sa résidence, une bonne chaise ou Internet haute vitesse », ajoute Helena P. Oliveira, avocate, conseillère syndicale au SEPB et co-auteure du guide.

« Un patron qui voudrait faire du mur-à-mur avec le télétravail au lendemain de la pandémie fera face à des problèmes majeurs de santé physique et psychologique au sein de ses travailleuses et travailleurs s’il n’est pas à l’écoute des besoins différents de ses employé-es. Il doit également prendre en considération des enjeux légaux importants. C’est un nouveau sentier qui n’est pas parfaitement balisé, il faut y avancer avec prudence », conclut Aude Vaugeois, avocate, conseillère syndicale et co-auteure du guide.

Pour consulter le guide, cliquez ici.

La journée internationale des droits des femmes en humour

Le comité de condition de vie et de travail des femmes (CCVTF) du SEPB-Québec vous invite à célébrer la Journée internationale des droits des femmes en humour en assistant au spectacle « zoom » de l’humoriste Mélanie Couture.

L’événement se tiendra le vendredi 12 mars à 18h30.

Vous devez réserver votre place en laissant votre nom, votre adresse courriel et votre adresse postale au ccvtfsoireemars@gmail.com 

Les 100 premières personnes inscrites recevront un paquet cadeau par la poste.

C’est sous le thème « Écoutons les femmes » que sera célébré la Journée internationale des droits des femmes.