Le SEPB-Québec à la COP26

Depuis le 31 octobre et jusqu’à ce vendredi, le président du SEPB 610, Marc Glogowski, est à Glasgow en Écosse afin de participer à la Conférence annuelle de l’ONU sur les changements climatiques. Il fait partie de la délégation de la FTQ à cet événement de la plus grande importance. Le fonds de relations internationales du SEPB-Québec a subventionné les frais de déplacement et d’hébergement de Marc.

Marc Glogowski, Président SEPB 610, qu’est-ce qui t’amène à la COP ?

Le domaine qui m’intéresse à la COP est l’électrification des transports et bien entendu le transport en collectif. Mon mandat spécifique ici à Glasgow est d’exercer une pression presque constante auprès des élus canadiens et québécois concernant le problème du financement du transport en commun.

Je n’en suis pas à ma première COP et, toutes les fois, je réalise à quel point notre présence syndicale, presque systématique à ces conférences, fait que nous sommes devenus des acteurs incontournables dans le dossier environnemental.

Soutien fédéral au transport collectif : rencontre avec Jagmeet Singh

J’ai abordé avec le chef du NPD, Jagmeet Singh, le problème de financement des sociétés de transport au Québec. Le gouvernement fédéral finance une partie du développement et du maintien des infrastructures de transport collectif, mais l’argent manque pour offrir un niveau de service qui soit à la hauteur des besoins et des attentes. Le transport en commun est une solution importante pour la réduction des GES et c’est un secteur que le fédéral devrait soutenir dans sa stratégie de lutte aux changements climatiques.

L’électrification : la priorité du Premier ministre François Legault

Notre délégation a pu rencontrer le Premier ministre François Legault à l’occasion de son passage à la COP26. C’était quelques heures après son annonce sur les fonds supplémentaires qu’il compte investir dans l’électrification du transport collectif au Québec. Le Premier ministre a bien entendu vanté les investissements déjà prévus dans les infrastructures de transport collectif, mais je voulais aussi l’entendre sur le budget de fonctionnement, dont le manque à gagner de 62 millions $ à la STM pour 2022. Il m’a répondu que son gouvernement n’allait pas nous laisser tomber, sans aller dans les détails. « On va s’arranger », qu’il m’a dit. À suivre!

Le ministre québécois de l’Environnement, Benoît Charette, est questionné sur les sources de financement

Samedi, c’était au tour du ministre de l’Environnement Benoît Charrette de s’entretenir avec nous. Puisqu’il est le porteur du Plan pour une économie verte du Québec, nous l’avons interpellé sur les sources de financement du transport en commun.

Malheureusement, le gouvernement se dit encore en réflexion sur le sujet. Il n’a pas encore statué sur une formule de taxation pour mieux financer le transport en commun et ce, même s’il reconnaît que les revenus tirés de la taxe sur l’essence vont éventuellement décliner en raison de l’électrification du parc de véhicules.

Aussi, le gouvernement reconnaît que l’augmentation fulgurante des ventes de camions légers est problématique, puisque ceux-ci émettent plus de GES et endommagent plus rapidement les routes. Cependant, le gouvernement n’a pas l’intention de pénaliser les propriétaires de camions légers. Le ministre nous a parlé d’une campagne de sensibilisation sur les impacts des camions légers, sans exclure – éventuellement – de les taxer davantage.

Encore une semaine

Notre programme est tout aussi chargé pour les prochains jours. Pour plus de détails sur le programme de notre délégation à la COP26, vous pouvez consulter les résumés journaliers sur Le Monde Ouvrier.

Sur le même sujet :

La FTQ à la COP 26 pour une transition juste

La Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ) profitera de sa présence à la Conférence des Nations Unies sur le climat (COP26) qui aura lieu du 1er au 12 novembre à Glasgow en Écosse pour rappeler aux leaders mondiaux qu’une transition verte doit être axée sur le bien-être des personnes et des communautés. La centrale souhaite que les gouvernements du Québec et du Canada saisissent l’occasion de la Conférence pour s’engager de façon plus ambitieuse dans la lutte contre les changements climatiques. La centrale fera également valoir les intérêts des travailleurs et des travailleuses et rappellera que le dialogue social représente une approche incontournable pour réaliser une transition verte, harmonieuse et inclusive.

« À la COP, la transition juste sera notre cheval de bataille. Nous avons des solutions à proposer et nous voulons être entendus. La FTQ va maintenir la pression sur les gouvernements afin qu’ils s’engagent à mettre sur pied un véritable plan de transition en collaboration avec le mouvement syndical, et nous espérons une ouverture des gouvernements du Québec et du Canada dans ce dossier. De notre côté, nous sommes prêts à nous mettre au travail dès maintenant », déclare le secrétaire général de la FTQ, Denis Bolduc.

Pour ce qui est des bilans climatiques québécois et canadien, il reste beaucoup à faire pour parler de réelle ambition climatique. « Le Canada et le Québec se sont engagés à faire les efforts nécessaires pour respecter l’Accord de Paris pour que l’augmentation de la température moyenne mondiale reste sous le seuil de 1,5 °C. Or, pour la FTQ, les engagements prévus ratent la cible. Nous devons réduire nos émissions de GES domestiques de manière plus importantes que ce qui est proposé actuellement par nos gouvernements si on veut atteindre la carboneutralité avant 2050 ! L’arrivée d’un nouveau ministre de l’Environnement au fédéral envoie un message important, la FTQ s’attend donc à des actions concrètes et ce, rapidement », ajoute Denis Bolduc.

Les propositions de la FTQ pour une transition juste réussie :

  • Mettre en place un groupe de travail paritaire sur la transition juste ayant comme mandat de définir le concept, le financement et les indicateurs de réussite
  • Créer des pôles de discussion pour un développement socio-économique des régions basé sur le dialogue social et les besoins des communautés
  • Déployer des programmes adéquats de protection sociale, d’éducation et de renforcement des compétences, de réemploi et de mobilité destinés aux travailleurs et aux travailleuses et en assurer l’inclusivité.
  • Poser des diagnostics sur les besoins du marché de l’emploi en matière de main-d’œuvre.

La délégation de la FTQ à Glasgow est composée du secrétaire général de la FTQ, Denis Bolduc, ainsi que plusieurs membres des syndicats affiliés de la FTQ, dont le Syndicat des employées et employés professionnels-les et de bureau (SEPB), le Syndicat des Métallos et le Syndicat des travailleurs et travailleuses unis de l’alimentation et du commerce (TUAC).

Représentation syndicale au Fonds: votre vote est important

Depuis sa création, le Fonds de solidarité FTQ est composé majoritairement de syndicalistes provenant de la FTQ. Depuis la mise en œuvre des règles de la gouvernance, il n’est plus acquis que la FTQ soit majoritaire au conseil d’administration. Si vous tenez à ce que le Fonds de solidarité FTQ demeure un fonds de travailleur, il est primordiale que nos membres exercent leur droit de vote à l’occasion de la 37e assemblée générale annuelle des actionnaires du Fonds de solidarité FTQ qui se tiendra le samedi 25 septembre 2021 à 14h en mode virtuel.
Vous devriez avoir reçu tous les détails en lien avec la procédure de vote des membres du C.A. du Fonds de solidarité. Si ce n’est pas le cas, communiquez avec le Service à l’épargnant du Fonds de solidarité FTQ au 1 800 567-3663.

Budget fédéral: enfin des mesures en assurance-emploi, mais c’est insuffisant

La Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ) accueille le budget du gouvernement fédéral de façon positive.  La FTQ se réjouit que le gouvernement réponde finalement aux revendications historiques de la centrale en bonifiant le régime d’assurance-emploi, mais c’est nettement insuffisant. « Nous comprenons que des sommes substantielles seront engagées dans des programmes de bonification du régime en faisant passer les semaines de prestation à 420 heures travaillées ou à 14 semaines. En ce qui a trait à la prolongation du soutien aux travailleuses et travailleurs saisonniers, il faudra faire plus, trouver une solution permanente, le gros de la réforme reste à venir », déclare le secrétaire général de la FTQ, Denis Bolduc.

Il faut saluer la lucidité du gouvernement d’intervenir fortement dans l’économie en allouant plus de 100 milliards dans son plan de relance. « Nous voulons des projets structurants qui garantissent à long terme le renforcement du tissu industriel tout en luttant contre les changements climatiques. Ces investissements devront également se refléter dans des secteurs durement affectés par la crise, notamment en aéronautique et dans le transport aérien », ajoute le secrétaire général.

La FTQ tient à saluer l’annonce de la mise en place d’un service national de garde. « Le Québec gère son propre service de garde depuis 1997. Grâce à ce dernier, des dizaines de milliers de travailleuses ont pu retourner sur le marché du travail et contribuer au développement économique du Québec. Il est heureux qu’Ottawa prévoie un droit de retrait avec compensation, sommes qui nous l’espérons serviront à parachever le réseau des CPE », déclare le secrétaire général de la FTQ, Denis Bolduc.

L’annonce d’un salaire minimum fédéral à 15 $ l’heure envoie un signal clair au Québec qu’il doit bouger comme le réclame la FTQ depuis de nombreuses années. « Il faut permettre aux familles de vivre dignement, de sortir du cycle de la pauvreté. C’est aussi un moyen de lutter contre les pénuries de main-d’œuvre dans plusieurs secteurs », de poursuivre Denis Bolduc.

En environnement, le budget prévoit beaucoup d’argent, mais nous restons sur notre faim en ce qui a trait aux mesures permettant une réelle transition juste pour les travailleurs et travailleuses. La FTQ demande que de véritables mécanismes soient mis en place avec des indicateurs de suivis et un financement adéquat pour soutenir la démarche. En ce qui a trait à la lutte contre l’évasion fiscale, on s’attendait à plus.

« Enfin le gouvernement rate une occasion de mettre en place un véritable régime d’assurance médicaments public et universel tel que promis dans le budget 2019. Aussi la FTQ déplore que le gouvernement fédéral n’ait pas bonifié le transfert canadien en matière de santé comme le réclame Québec depuis de nombreuses années », conclut le secrétaire général, Denis Bolduc.

Négociations dans le secteur public: des offres qui nous laissent sur notre faim

La Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ) et ses syndicats affiliés dans le secteur public (SCFP-Québec, SQEES-298, SEPB-Québec, UES 800) prennent acte de la nouvelle proposition déposée ce mercredi par le Conseil du trésor, mais visiblement c’est nettement insuffisant pour signer un nouveau contrat de travail.

« Bien qu’il y ait des éléments qui méritent d’être regardés de près, nous sommes encore bien loin d’un accord. Si on reconnait que le gouvernement a fait des petits pas, il en reste beaucoup à faire pour conclure cette négociation. Après un an et demi de négociation, c’est un peu décevant », déclare le président de la FTQ, Daniel Boyer.

Dans sa proposition, Québec maintient son offre salariale de 5 %, et ajoute 1 % pour la dernière année de la convention collective liée à l’Indice des prix à la consommation et à la croissance économique, des conditions qui s’apparentent à une profession de foi. Des montants forfaitaires sont également proposés, malheureusement non récurrents et qui, à la retraite, ne sont pas comptabilisés dans la pension versée aux travailleuses et travailleurs.

« On est loin de la coupe aux lèvres. Quant aux offres salariales différenciées, il y a bien sûr des types d’emplois qui méritent des correctifs, cependant, ça ne laisse pas de place pour des hausses pour les autres salariés. Concrètement, les offres de Québec ne règlent pas le retard salarial de 9,4 % des travailleurs et travailleuses du secteur public, ce qui signifie encore une fois une perte du pouvoir d’achat de nos membres », ajoute le président de la FTQ.

« Nos gens sont mobilisés et nous allons accentuer cette mobilisation. Les travailleuses et travailleurs de la santé, de l’éducation et des services sociaux veulent une reconnaissance de la valeur de leur travail. Ce qui est sur la table ne règle en rien le grave problème d’attraction et de rétention du personnel de même que les conditions d’exercice d’emploi. Québec doit prendre la mesure des sacrifices des femmes et des hommes qui tiennent à bout de bras les services publics. Pour nous, les négociations sont loin d’être terminées », conclut le président de la FTQ.

Budget 2021, réaction de la FTQ: un budget qui aurait pu être plus ambitieux

La Fédération des travailleurs et des travailleuses du Québec (FTQ) réagit de façon mitigée au troisième budget du ministre des Finances, Éric Girard. La centrale accueille favorablement le report de l’atteinte de l’équilibre budgétaire, mais est déçue de constater que le gouvernement poursuit ses versements au Fonds des générations.

« Le ministre Girard aurait pu utiliser ces sommes pour proposer une relance plus ambitieuse, autant sur le plan économique, environnemental, social et de nos services publics. La crise a mis en lumière la fragilité de notre filet social et des failles de notre système de santé. Ces sommes devraient servir à financer les services publics et les programmes sociaux qui profiteront également aux générations futures! », explique le président de la FTQ, Daniel Boyer.

La FTQ se questionne sur la façon dont les montants prévus au secteur public seront investis. « À quand des mesures de rétention et d’attraction du personnel? À quand une amélioration des conditions d’exercices d’emploi et une meilleure rémunération des travailleuses et travailleurs? Ça doit être la priorité! Monsieur Legault, j’en profite pour vous rappeler qu’on attend toujours vos représentants à la table de négociation. Ce n’est pas parce que le ministre retarde l’atteinte de l’équilibre budgétaire qu’il doit retarder la signature des conventions collectives dans le secteur public », déclare le président de la FTQ, Daniel Boyer.

Au chapitre de l’environnement, la FTQ est dans l’attente de plus détails. « Ce qu’on veut, ce sont des mesures concrètes pour une transition juste pour les travailleurs et travailleuses, notamment en formation de la main-d’œuvre. Les mesures de mobilité durable sont intéressantes, mais si le ministre veut s’engager dans une réelle transition écologique, il faut des investissements plus ambitieux et une planification sérieuse. Il est temps de se doter d’un véritable plan de lutte contre les changements climatiques qui met à contribution tous les acteurs sociaux et économiques », conclut le président de la FTQ, Daniel Boyer.

La FTQ salue les sommes supplémentaires dédiées à l’aide aux femmes victimes de violence conjugale, ainsi que celles consacrées à la jeunesse. La centrale accueille aussi favorablement les ressources prévues en santé mentale, pour les ainés et pour la protection de la langue française.

Nouvelle réalité du télétravail: un guide pour s’y retrouver

La nouvelle réalité du télétravail pourrait bien perdurer au-delà de la pandémie et c’est avec cette possibilité en tête que le Syndicat des employées et employés professionnels-les et de bureau – (SEPB-Québec–FTQ) a produit un guide légal afin de s’y retrouver tant pour les travailleur-ses syndiqués que pour les employé-es non syndiqués.

Le guide de 52 pages couvre l’ensemble des situations engendrées par cette nouvelle réalité, que ce soit la vie privée, le droit à la déconnexion en passant par la fiscalité, les accidents de travail et les assurances habitation.

Les avocates spécialisées dans les relations de travail Helena P. Oliveira et Aude Vaugeois ont travaillé sur ce guide avec l’aide d’autres collègues du SEPB-Québec

« On entend souvent les gens dire que le télétravail c’est merveilleux, on n’est plus coincé dans les bouchons de circulation, on est dans le confort de la maison, etc. Toutefois, un employeur qui voudrait faire de cette mesure extraordinaire une situation permanente doit prendre en considération plusieurs variantes auxquelles on ne pense pas nécessairement de prime abord, d’où l’écriture de ce guide qui pourra être consulté autant par les employé-es que les patrons », explique Pierrick Choinière-Lapointe, directeur exécutif du SEPB.

Pas pour tout le monde

Cela fait tout près d’un an que le confinement a été déclenché au Québec et que plusieurs des membres du SEPB-Québec se sont retrouvés du jour au lendemain en télétravail. Certes, il y a eu une accalmie à l’été 2020, mais l’expérience est suffisamment probante pour faire des constats importants sur le télétravail.

« Ce n’est pas pour tout le monde. Certains de nos membres ont besoin d’aller au bureau, de côtoyer des collègues et de changer d’air. D’autres ne sont tout simplement pas équipés pour travailler de la maison, ce n’est pas tout le monde qui a un bureau personnel dans sa résidence, une bonne chaise ou Internet haute vitesse », ajoute Helena P. Oliveira, avocate, conseillère syndicale au SEPB et co-auteure du guide.

« Un patron qui voudrait faire du mur-à-mur avec le télétravail au lendemain de la pandémie fera face à des problèmes majeurs de santé physique et psychologique au sein de ses travailleuses et travailleurs s’il n’est pas à l’écoute des besoins différents de ses employé-es. Il doit également prendre en considération des enjeux légaux importants. C’est un nouveau sentier qui n’est pas parfaitement balisé, il faut y avancer avec prudence », conclut Aude Vaugeois, avocate, conseillère syndicale et co-auteure du guide.

Pour consulter le guide, cliquez ici.

Les employé-es d’un tout premier Indigo Livres, musique & café joignent les rangs du SEPB-574

Les employés du Indigo livres, musique & café de la Place Montréal Trust ont décidé de se syndiquer et ils ont joint les rangs du Syndicat des employées et employés professionnels-les et de bureau, section locale 574 (SEPB-574).

La requête en accréditation a été déposée le 7 octobre dernier au Tribunal administratif du travail (TAT).

La quarantaine d’employé-es qui viendra grandir les rangs de la famille SEPB-Québec avait de bonnes raisons de vouloir s’unir.

« Ces travailleuses et travailleurs ont des enjeux importants au niveau de la protection de leur emploi, de la stabilité des horaires, des salaires et de la vente sous pression. Ils et elles voulaient avoir leur mot à dire dans un marché qui est en mutation. Nous sommes très heureux d’accueillir ces nouveaux membres à qui nous souhaitons la bienvenue », lance Carole Haywood, présidente du SEPB-574.

Une première au Québec

Indigo livres, musique & café de Place Montréal Trust est la toute première succursale québécoise de cette chaîne ontarienne à se syndiquer. Indigo, qui comprend aussi le groupe Chapters, est la plus grande chaîne de librairies au Canada.

Dès que la requête en accréditation sera accueillie, les employé-es seront conviés à une assemblée syndicale lors de laquelle ils pourront rencontrer les représentants du SEPB.

« Cette rencontre servira, entre autres, à expliquer la démarche de syndicalisation, à présenter l’ensemble des services mis à la disposition des membres, à définir l’identité de leur syndicat local, à élire les délégués et à entamer la préparation de la négociation de leur première convention collective », explique Claude Paquet conseiller syndical au recrutement du SEPB-Québec.

En cette période trouble où les salariés sont presque toujours les premiers à payer les frais des changements imposés par la COVID-19, il est plus que jamais important de s’unir afin de faire valoir nos droits et de s’imposer comme un acteur important dans la recherche de solutions.

« À compter du dépôt de la requête en accréditation. L’employeur ne doit pas modifier les conditions de travail de ses salariés sans le consentement écrit de l’association syndicale. En vertu du Code du travail, l’employeur n’a pas le droit de s’immiscer dans le processus de syndicalisation. En aucun cas, il ne peut faire pression sur les employés ou tenter de connaître les initiateurs de la démarche », tenait à rappeler Mme Haywood.

En choisissant le SEPB-574, les employé-es d’Indigo ont décidé de se joindre à une équipe qui compte déjà plus de 300 membres dans ce secteur d’emploi, notamment chez Renaud Bray et Archambault.