Résolution adoptée à l’unanimité par le bureau de direction de la fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ) à sa réunion du 23 août 2004

Nouvelle

ATTENDU le désir manifesté par la majorité des membres canadiens des sections locales du Syndicat international des employées et employés professionnels-les et de bureau (SIEPB) d’établir un syndicat national canadien autonome, c’est-à-dire par 24 410 membres représentant 74 % des membres du Canada;

ATTENDU que le désir exprimé par les membres au Canada a été fait selon des règles démocratiques et en conformité avec les statuts et règlements du Syndicat international;

ATTENDU la création du Syndicat des employées et employés professionnels et de bureau (SEPB), qui est un syndicat national canadien et distinct du Syndicat international des employées et employés professionnels-les et de bureau (SIEPB);

ATTENDU l’attitude antidémocratique démontrée par le Syndicat international des employées et employés professionnels-les et de bureau (SIEPB) qui refuse de reconnaître la décision majoritaire des membres canadiens portant sur la création du syndicat national canadien;

ATTENDU la poursuite de plusieurs millions de dollars entreprise devant une cour fédérale de l’État de la Floride par le Syndicat international contre les sections locales canadiennes et contre plusieurs dirigeants syndicaux canadiens;

Il est résolu que la FTQ reconnaisse la création du Syndicat des employées et employés professionnels et de bureau (SEPB) comme étant un syndicat national canadien et distinct du Syndicat international des employées et employés professionnels-les et de bureau (SIEPB);

Il est de plus résolu de condamner l’attitude du Syndicat international des employées et employés professionnels-les et de bureau (SIEPB) de refuser de reconnaître la décision prise majoritairement et démocratiquement par les membres au Canada;

Il est de plus résolu de condamner l’attitude du Syndicat international des employées et employés professionnels-les et de bureau (SIEPB) de poursuivre devant les tribunaux américains les sections locales canadiennes et plusieurs dirigeants syndicaux canadiens;

Il est finalement résolu que la FTQ fasse les interventions politiques nécessaires pour appuyer le Syndicat des employées et employés professionnels et de bureau (SEPB) à faire reconnaître son autonomie canadienne.