La FTQ souligne le Jour commémoratif des personnes décédées ou blessées au travail

En ce Jour commémoratif des personnes décédées ou blessées au travail, la Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ) dénonce, une fois de plus, le nombre de victimes d’accidents du travail ou de maladies professionnelles, au nombre de 190 en 2019.

« Je tiens à exprimer, en mon nom personnel et au nom de tous les affiliés de la FTQ, nos plus sincères condoléances aux familles et aux proches des travailleuses et travailleurs qui sont décédés. Tous les ans, la FTQ demande qu’il y ait plus de prévention dans les milieux de travail, qu’on en a ras le bol d’enterrer nos collègues de travail, nos conjoints, nos conjointes et nos enfants, parce que les employeurs privilégient l’intérêt économique au lieu de la vie humaine. C’est pourquoi le ministre du Travail doit déposer dès la reprise des travaux à l’Assemblée nationale son projet de loi visant à bonifier la Loi sur la santé et la sécurité du travail (LSST) afin de mieux protéger les travailleurs et travailleuses », déclare le président de la FTQ, Daniel Boyer.

« En 2019, c’est 190 personnes qui ont perdu la vie à cause de leur travail. En 2020, ce sera combien? On se rend compte aujourd’hui que les milieux de travail sont mal équipés, peu organisés et ne savent pas comment faire face à la crise actuelle. Imaginez si l’ensemble des travailleuses et des travailleurs avaient eu des représentants à la prévention et des comités de santé et de sécurité dans leur milieu. Imaginez si dans les CHSLD, il y avait eu des gens formés pour faire de la prévention, tirer la sonnette d’alarme quand les mesures ne sont pas respectées et faire entendre la voix de ceux et celles qui risquent leur vie tous les jours pour simplement effectuer leur travail», ajoute le président de la FTQ.

La FTQ demande depuis 40 ans que les employeurs aient l’obligation de mettre les mécanismes de prévention prévue à la LSST dans l’ensemble des milieux de travail. Les mécanismes de prévention que l’on exige ont démontré leur efficacité pour diminuer le nombre de morts dans les milieux de travail. « On nous avait promis une modernisation du régime de santé et de sécurité du travail en 2019. En 2020, ne laissons pas la crise actuelle servir de prétexte pour repousser encore une fois la prévention dans les milieux de travail. À la mémoire de ceux et celles qui ont perdu la vie à cause de leur travail, faisons de 2020 l’année où le Québec s’engage à préserver la vie humaine de tous les travailleuses et travailleurs, et ce, pour les années à venir», conclut Daniel Boyer.