Journée nationale de commémoration pour les femmes et les filles autochtones disparues et assassinées

La FTQ invite la population à participer à la 13e vigile pour les femmes et les filles autochtones disparues et assassinées

Montréal, le 4 octobre 2018. – La Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ) souligne, en ce 4 octobre, la Journée nationale de commémoration pour les femmes et les filles autochtones disparues et assassinées. La FTQ invite la population à participer en grand nombre à la vigile qui se tiendra de 18 heures à 21 heures au square Cabot dans l’ouest de la métropole. «Notre société a le devoir d’envoyer un message clair de solidarité à l’endroit des femmes et des filles autochtones comme quoi nous ne les oublions pas. Leur lutte pour la reconnaissance et le respect de leurs droits et contre la violence doit faire écho pour que notre société évolue vers de vrais changements», déclare le président de la FTQ, Daniel Boyer.

La violence faite aux femmes et aux filles autochtones n’est pas une vue de l’esprit. Une enquête de la GRC a déjà révélé que le taux d’homicides des femmes autochtones est au moins quatre fois supérieur à celui de toutes les autres femmes. De plus, les études révèlent que 75 % des filles autochtones âgées de moins de 18 ans ont déjà été victimes d’agression sexuelle. Cela est intolérable et doit changer.

«En participant à la vigile, nous démontrons que nous sommes conscients des difficultés vécues par les peuples autochtones, tout en honorant la mémoire des femmes et des filles autochtones disparues et assassinées», conclut la vice-présidente représentant les femmes de la FTQ, Joëlle Ravary.

La FTQ, la plus grande centrale syndicale au Québec, représente plus de 600 000 travailleurs et travailleuses.