Communiqué de presse

Nouvelle

Syndicat canadien des employées et employés professionnels (les) et de bureau
2nd Fl., 4595 Canada Way, Burnaby, B.C. V5G 4L9
Tél. : (604) 299-0378 téléc. : (604) 299-8211 site Web: www.opeiu.ca

Syndicat des employées et employés professionnels-les et de bureau — Québec
1200, avenue Papineau, Bureau 250, Montréal, Québec H2K 4S6
Tél. : (514) 522-6511 téléc. (514) 522-9000 site Web : www.sepb.qc.ca


Communiqué de presse
Dimanche, le 20 juin 2004

Un nouveau syndicat indépendant de 33 000 membres voit le jour; les membres canadiens du SIEPB décident de se séparer du Syndicat international américain.

En un mois seulement, le syndicat canadien des employées et employés professionnels (les) et de bureau gagne l’appui de 74 % de ses membres en faveur de l’autonomie canadienne

Bal Harbour, Floride – Un nouveau syndicat canadien indépendant de 33 000 membres – le Syndicat canadien des employées et employés professionnels (les) et de bureau (SEPB) — voyait le jour aujourd’hui avec l’adoption unanime de la séparation du syndicat américain et la déclaration en faveur de l’autonomie canadienne par le comité national canadien du Syndicat international des employées et employés international et de bureau (SIEPB).

Le nouveau syndicat utilisera l’acronyme COPE en anglais et SEPB en français, de dire Jerri New, qui devenait la présidente nationale du syndicat. Mme New continue d’exercer ses fonctions de présidente de la section locale 378, anciennement connue en Colombie-Britannique sous le nom de OPEIU 378 et qui prendra le nom de COPE 378. Le comité national canadien a pris cette décision durant le congrès du syndicat international qui avait lieu en Floride, raconte-t-elle.

Mme New affirme que le comité national canadien a déclaré l’autonomie en vertu des dispositions prévues aux statuts et règlements du Syndicat international qui permet la séparation aux membres canadiens.

« Depuis le début de la campagne il y a un mois, l’appui des membres canadiens a été fabuleux, » raconte madame New. « Plus de 74 % de nos membres au Canada ont signé le formulaire d’autorisation pour réaliser notre autonomie, précise-t-elle et aujourd’hui nous écrivons un nouveau chapitre avec la formation d’un syndicat canadien ».

« Nos membres ont fait ce choix démocratique car ils estiment qu’il est temps de diriger leur propre syndicat dans leur propre pays. En dépit des tentatives regrettables de la part du comité exécutif du Syndicat international de nous empêcher d’exercer notre droit en vertu des statuts afin de réaliser notre autonomie, nous avons réussi, et ce, grâce à l’appui indéfectible de nos membres. »

Jerri New déclare que COPE, qui a des membres partout au Canada, maintiendra son affiliation au Congrès du travail du Canada et auprès des fédérations provinciales. Aucune modification ne se produira en matière de relation avec les employeurs avec qui nous entretenons des relations de travail ni en matière de cotisation syndicale.

«Toutes les conventions collectives actuelles entre les sections locales du SIEPB et les employeurs s’appliquent toujours et les cotisations syndicales des membres n’augmentent pas. Seuls le nom et la structure ont changé», conclue-t-elle.

Serge Cadieux qui a été élu secrétaire-trésorier national et qui occupe le poste de directeur du SEPB-Québec affirme « le nouveau syndicat a pris les dispositions nécessaires afin de s’assurer que dans les cas de grève ou de lock out, tous les travailleurs canadiens membres du SEPB/COPE puissent bénéficier des mêmes prestations de grève qu’antérieurement. De plus, la création de ce nouveau syndicat permet aux membres canadiens de récupérer plus de trois millions de dollars en cotisations annuellement versées au syndicat américain.

Le SEPB-Québec compte quinze sections locales représentant environ 13 500 membres au Québec dans des secteurs d’activité aussi diversifiés que les commissions scolaires, le Mouvement Desjardins, la Banque Laurentienne du Canada, les juristes de l’État, et plusieurs groupes de professionnels tant du secteur privé que du secteur public ainsi que des employés de bureau et des techniciens du secteur des pâtes et papier.